Réforme APB : que se passe-t-il au juste ?

mercredi 20 septembre 2017

Réforme APB : que se passe-t-il au juste ?

3 mots résonnent depuis plusieurs mois dans l’actualité de la vie lycéenne et de l’éducation supérieure : Admission Post Bac (ou son abréviation « APB » pour les intimes). Mais que se passe-t-il réellement ?

Déjà, on vous repositionne un peu le contexte : APB est une plateforme dédiée à l’orientation Post Bac, lancée en 2009 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, dont le principe est que tous les élèves de terminales s’y inscrivent et renseignent leurs souhaits quant à la poursuite de leurs études. Le but étant de simplifier et de réguler les inscriptions dans le supérieur. Les élèves classent leurs demandes par ordre de préférence puis les places sont distribuées de façon automatique par les établissements. Un système qui, sur le papier, se veut simple et bénéfique pour l’orientation des jeunes étudiants.

 

Les années ont passés, les gouvernements ont changés, nous voilà en 2017 avec un ministre de l’Education Nationale (Jean-Michel Blanquer) et une ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (Frédérique Vidal) qui nous annoncent qu’il n’y aura plus d’APB en 2018. Mais pourquoi ?

 

Si l’on remonte à 2013, moins de 5 ans après le lancement de la plateforme, de premiers soucis se font ressentir : trop peu de formations seraient proposées sur la plateforme, le dispositif n’est pas assez clair pour les jeunes et les universités proposent un modèle de recrutement qui entre en conflit avec le principe même d’APB (c’est d’ailleurs cette même année que les universités font « scandale » avec leur principe de tirage au sort, une injustice pour les étudiants souhaitant rejoindre des filières « trop » demandées).

 

Nous revoila en 2017 et APB fait de nouveau parler d’elle : 87.000 bacheliers se retrouvent sans formation à la rentrée. APB n’est plus en phase avec son époque ni avec le système scolaire. Le nombre de nouveaux bacheliers ne cesse d’augmenter d’année en année sans que l’on puisse leur assurer une bonne orientation.

Fin août 2017, la réforme d’APB a été officialisée : un nouveau nom et un nouveau dispositif verront le jour à l’horizon 2018. A quoi devons-nous nous attendre ? Quels seront les enjeux de cette réforme ? Comment recruter vos futurs étudiants avec cette refonte ?

Les ministres assurent nous apporter les réponses d’ici octobre.

Affaire à suivre donc…


Sophie VIGIER